Accueil » Personnalités » Tomás Gutiérrez Alea » Biographie

Tomás Gutiérrez Alea

Vous connaissez Tomás Gutiérrez Alea ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Date de naissance : inconnue.
A 18 ans, Tomas Gutierrez Alea entame des études de Droit à l'Université de La Havane et obtient en 1951 son Doctorat. Ses véritables passions sont depuis toujours le cinéma et la politique, qu'il entremêlera tout au long de sa carrière devenant un réalisateur de renommé internationale et l'un des représentants les plus actifs à l'étranger du régime de Fidel Castro.Dès 1947, il commence à tourner des courts-métrages humoristiques en 8mm. Ceux-ci, remarqués par le Parti Socialista Popular (PSP), lui permettent d'obtenir son premier contrat en 1948. En 1951, dîplomé de l'Université de Droit il part vivre pendant trois ans à Rome où il étudie la réalisation.En 1955, de retour à Cuba, il co-réalise avec Julio Garcia Espinosa un moyen-métrage documentaire sur la vie des charbonniers des marécages de Zapata, El Megano (16 mm). Le film est confisqué par la police.Toujours avec Julio Garcia Espinosa, il organise en 1959 le Département Cinéma du Ministère de la Culture du gouvernement rebelle de Fidel Castro. Puis, il tourne l'emblématique Esta tierra nuestra (1959), premier court-métrage de fiction réalisé depuis l'avènement du régime castriste, consacré à la vie dans la campagne avant la réforme agraire. L'arrivée au pouvoir des forces réolutionnaires inspire son cinéma, et en 1960, il tourne coup sur coup son premier long-métrage de fiction Histoires de la Revolution et un court-métrage documentaire Asamblea general célèbrant les manifestations populaires ayant débouché sur la première déclaration de La Havane. En 1962, il réalise Doce sillas, qu'il présente l'année suivante à Moscou. En 1964, il réalise Cumbite, d'après un roman de Jacques Roumain. En 1976, après un an passé à représenter le cinéma cubain dans le monde, il réalise La Ultima Cena puis Les Survivants (1978), adapté de Jose Benitez Rojo.En 1979 arrive l'heure de la consécration pour ce réalisateur engagé : Mexico puis New York organise les premières rétrospectives de son oeuvre, tandis qu'il est l'invité des Festivals de Berlin et de Cannes, et que le Festival de San Fransisco lui rend hommage. En 1983, il participe à la première Assemblée Mondiale des Réalisateurs de Cinéma organisé au Portugal, et achève Jusqu'a un certain point qu'il présente en 1984 aux Festivals de Berlin et San Fransisco. Cinq ans plus tard, il se lance dans sa première adaptation de Gabriel Garcia Marquez, Lettres du parc, suivi en 1991 par le tournage au Mexique d'un court-métrage, toujours tiré des écrits de son célèbre contemporain colombien : Contigo en la distancia.En 1993, avec Juan Carlos Tabio, il réalise Fraise et chocolat qui ouvre le XV Festival International du Nouveau Cinéma Latinoaméricain. déjà  très malade, Tomas Gutierrez Alea (qui pendant des années s'était vu refuser l'accès au territoire américain pour son activisme politique pro-castriste) est accueilli à Hollywood pour la nomination de Fresa y Chocolate aux Oscars 1995 dans la catégorie Meilleur Film Etranger. L'année suivante, il s'éteint à l'âge de 67 ans.
Retour Haut de page