Accueil » Personnalités » René Clément » Biographie

René Clément

Vous connaissez René Clément ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de René Clément sur bdfci.info
Date de naissance : inconnue.
Acteur, réalisateur, scénariste

Prix et récompenses :
- 1946 : Palme du meilleur scénario au Festival de Cannes (La Bataille du rail)
- 1946 : Prix international du jury au Festival de Cannes (La Bataille du rail)
- 1949 : Palme de la mise en scène au Festival de Cannes (Au-delà  des grilles)
- 1952 : Lion d'or au Festival de Venise (Jeux interdits)
- 1953 : Oscar du meilleur film étranger (Jeux interdits)
- 1954 : Prix spécial du jury au Festival de Cannes (Monsieur Ripois)
- 1955 : Nominé pour l'Oscar du meilleur scénario (Jeux interdits)
- 1955 : Nominé pour le British Academy Award du meilleur scénario (Monsieur Ripois)
- 1956 : Prix FIPRESCI au Festival de Venise (Gervaise)
- 1956 : Lion d'or au Festival de Venise (Gervaise)

Profil : Cinéaste de l'après-guerre, René Clément présente une oeuvre plutôt controversée, tantôt considéré comme un "vulgaire" technicien sans âme, tantôt élevé au rang honorifique de numéro un du cinéma français. En 1934, sa rencontre avec Jacques Tati lui permet d'aborder le cinéma. Il travaille avec le réalisateur sur des gags visuels, avant de devenir opérateur au service cinématographique des armées. Il choisit la Résistance comme cheval de bataille de son premier long métrage en 1945. Après cette Bataille du rail, il obtient son premier grand succès populaire avec Jeux interdits. On le voit s'essayant à des styles différents pour chaque nouveau film. De l'adaptation littéraire avec Gervaise (en 1956, d'après L'Assomoir de Zola) ou Plein soleil (en 1959, d'après Patricia Highsmith), à la psychologie des Félins (1963), en passant par des thrillers cérébraux avec Le passager de la pluie (1969), La course du lièvre à travers les champs (1971), et une reconstitution de la Seconde Guerre Mondiale pour le célèbre Paris brûle-t-il ? (1965), Clément touche à tout.

FILMOGRAPHIE SELECTIVE :

Le premier long métrage :
- La Bataille du rail (1945)

Consécration : Difficile de départager Jeux interdits (1951) et Plein soleil (1959)...

Incontournables :
- La Bataille du rail (1945).
- Le Père Tranquille (1946).
- Jeux interdits (1951).
- Monsieur Ripois (1953).
- Gervaise (1956).
- Plein soleil (1959).
- Les Félins (1963).
- Paris brûle-t-il ? (1965).

Insolite :
- Au-delà  des grilles (1948)
Un film policier davantage dans la lignée de Et tournent les chevaux de bois de Robert Montgomery plutôt que Pépé le Moko de Julien Duvivier, et qui fonctionne toujours aussi bien aujourd'hui.

Le saviez-vous ?
- Pour son deuxième film en tant que réalisateur après Pour la peau d'un flic, Alain Delon dédie Le Batant à René Clément.
Retour Haut de page