Accueil » Personnalités » Costa-Gavras » Biographie

Costa-Gavras

Vous connaissez Costa-Gavras ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Date de naissance : inconnue.
Costa-Gavras s'installe à Paris en 1951 et obtient la nationalité française en 1968. Il suit des études de lettres à la Sorbonne avant d'intégrer l'IDHEC. A la fin des années cinquante, il devient assistant d' Henri Verneuil (Un singe en hiver), René Clément (Le Jour et l'Heure), Jacques Demy (La Baie des anges) et Jean Becker (Echappement libre).Son premier film Compartiment tueurs remporte un grand succès en 1965. Il enchaîne plus discrètement avec Un homme de trop (1967) mais triomphe avec Z en 1969 qui remporte deux prix à Cannes et deux Oscars. Ce film ouvre une trilogie politique qui comprend également L' Aveu (1971) et Etat de siège (1973). Thrillers politiques parfaitement huilés (Missing qui lui vaut une Palme d'Or au festival de Cannes 1981 et Oscar du meilleur scénario) ou drames illustrant la violation des droits de l'homme (Hanna K, 1983), la grande majorité des films de Costa-Gavras sont inspirés de faits réels qui mettent en scène des individus broyés par l'Histoire. Le réalisateur co-écrit souvent ses scénarios avec Jorge Semprun ou Franco Solinas et engage à plusieurs reprises le comédien Yves Montand.Il s'essaye toutefois à un registre plus intimiste dans Clair de femme (1979) et Conseil de famille (1985). Au début des années 80, il s'éloigne des plateaux à cause de ses fonctions à la Cinémathèque française. Mais il revient en force aux Etats-Unis où il signe La Main droite du diable (1987) et Music Box (1989). En dehors La Petite Apocalypse (1992) et Mad City (1996), Costa-Gavras reste relativement absent du grand écran dans les années 90. En 2001, il réalise Amen., un drame historique dans la même veine que ses premiers longs métrages.
Retour Haut de page