Accueil » Personnalités » Yolande Moreau » Biographie

Yolande Moreau

Vous connaissez Yolande Moreau ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Yolande Moreau sur bdfci.infoVoir les photos de Yolande Moreau sur bdfci.infoVoir les photos de Yolande Moreau sur bdfci.infoVoir les photos de Yolande Moreau sur bdfci.infoVoir les photos de Yolande Moreau sur bdfci.infoVoir les photos de Yolande Moreau sur bdfci.info
Date de naissance : 27 février 1953
Après avoir travaillé pendant quelques années comme éducatrice, Yolande Moreau choisit de se consacrer à la comédie. Formée à l'école de théâtre Jacques Lecoq, elle écrit en 1982 Sale affaire du sexe et du crime, un one-woman-show dans elle interprète une femme qui vient de tuer son amant. Agnès Varda remarque la comédienne sur scène, et lui offre ses premiers rôles au cinéma dans le court-métrage 7 p., cuis., s. de b., ... à saisir en 1984 puis l'année suivante dans Sans toit ni loi.En 1989, Yolande Moreau rejoint la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeieff, dont elle devient un des piliers. Des spectacles Lapin chasseur ou Les Pieds dans l'eau au programme télévisé Les Deschiens, elle impose un personnage loufoque et poétique aux manières frustes. Dès lors, la comédienne est de plus en plus sollicitée par les réalisateurs qui lui confient le plus souvent des rôles comiques. Concierge dans Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain, elle apparaît également dans les films à succès Le Bonheur est dans le pré et Les Trois Frères. Yolande Moreau montre une autre facette de son talent dans l'émouvant Le Lait de la tendresse humaine de Dominique Cabréra en 2001, puis continue de surprendre en co-réalisant trois ans plus tard avec Gilles Porte Quand la mer monte, jeu de miroirs entre la vie et le théâtre. En 2002, l'actrice tourne pas moins de trois films, dont Folle embellie, un drame sur fond de guerre en 1940. Elle reste dans le registre de la comédie, dans lequel elle excelle, avec Ze Film, le troisième long de Guy Jacques.
Moreau continue de jouer la comédie pour d'autres : clocharde rougeaude dans le cartoonesque Enfermés dehors, comtesse persiffleuse dans Une vieille maîtresse, elle apporte toute son humanité à la peintre oubliée Séraphine dans le biopic de Martin Provost en 2008. Suite à cette prestation très remarquée pour laquelle elle reçoit un nouveau César de la Meilleure Actrice, elle joue les ouvrières flingueuses dans le décapant Louise Michel de Delépine et Kervern, avant de se glisser dans la peau de Fréhel (Serge Gainsbourg (vie héroïque))
Tantôt inquiétante tantôt attendrissante, Yolande Moreau se déchaîne à la tête d'un groupe de goules dans le film d'horreur La Meute et campe une femme qui assassine son mari dans Où va la nuit, un drame qui marque ses retrouvailles avec Martin Provost. Tout aussi fidèles, delepine et Kervern lui confient le rôle de l'épouse de Gérard Depardieu dans Mammuth (2010). Elle prouve que l'émotion et la démesure ne sont pas inconciliables, à l'image de sa composition déchirante de mère de Noémie Lvovsky dans le fantasque Camille redouble.
Prenant part aux projets les plus variés, elle qui a prêté sa voix au film d'animation Mia et le migou campe deux jumelles pour François Ozon (Dans la maison). En 2013, elle retourne derrière la caméra (seule cette fois) avec Henri, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, ou la rencontre inattendue entre un restaurateur veuf et une handicapée mentale.
Retour Haut de page