Accueil » Personnalités » Dominique Blanc » Biographie

Dominique Blanc

Vous connaissez Dominique Blanc ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Dominique Blanc sur bdfci.infoVoir les photos de Dominique Blanc sur bdfci.infoVoir les photos de Dominique Blanc sur bdfci.infoVoir les photos de Dominique Blanc sur bdfci.infoVoir les photos de Dominique Blanc sur bdfci.infoVoir les photos de Dominique Blanc sur bdfci.info
Date de naissance : 25 avril 1956
Originaire du Plateau de la Croix-Rousse, quartier populaire de Lyon, la jeune Dominique Blanc rêve de théâtre. Refusée par le Conservatoire et la Rue Blanche, elle s'inscrit au cours Florent, où elle a pour professeurs Francis Huster et Pierre Romans. Venu assister à un spectacle d'élèves autour de Tchekhov, Patrice Chéreau remarque la comédienne et l'engage dans Peer Gynt d'Ibsen, spectacle qui connaît un grand retentissement en 1981. Gardant un mauvais souvenir de sa première expérience de tournage -Passion de Godard en 1982-, elle entend se consacrer uniquement au théâtre.En 1986, Régis Wargnier convainc Dominique Blanc de tourner dans son premier opus, La Femme de ma vie : elle sera nommée au César du Meilleur espoir pour sa composition d'alcoolique. Discrète et sensible, elle s'impose rapidement comme un des seconds rôles les plus précieux du cinéma français, grâce à ses prestations chez Sautet, Chabrol et Louis Malle -elle décroche un César en 1991 pour son rôle de lesbienne dans Milou en mai. Parallèlement, elle reste fidèle à Wargnier (Indochine lui vaut une deuxième statuette en 1993) et Chéreau : La Reine Margot et, plus tard, Ceux qui m'aiment prendront le train avec à la clé une troisième distinction.Actrice exigeante, Dominique Blanc tourne volontiers dans des premières et deuxièmes oeuvres : la chronique en milieu ouvrier Faut-il aimer Mathilde ? (1993), le film albanais Loin des barbares ou encore le poétique Alors voila, réalisé par son vieux complice Michel Piccoli en 1997. La comédienne voit bientôt son audace récompensée, puisqu'en 2001 elle reçoit le César de la Meilleure actrice pour Stand-by deRoch Stephanik, un film passé inaperçu lors de sa sortie, qui conte la dérive d'une femme esseulée dans un aéroport. Tout aussi bouleversante en toxicomane dans la trilogie que signe Lucas Belvaux en 2003, Blanc laisse libre cours à sa fantaisie dans C'est le bouquet ! de Jeanne Labrune (2003) puis Un fil à la patte de Michel Deville.
Retour Haut de page