Accueil » Personnalités » Arnaud Desplechin » Biographie

Arnaud Desplechin

Vous connaissez Arnaud Desplechin ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Arnaud Desplechin sur bdfci.info
Date de naissance : 31 octobre 1960
Diplômé de l'Idhec en section "réalisation et prises de vues", Arnaud Desplechin débute comme directeur de la photo sur Comme les doigts de la main, un court-métrage réalisé par un autre étudiant de la célèbre école de cinéma, Eric Rochant, puis sur La Photo de Nico Papatakis.

En 1991, il tourne La Vie des morts, moyen-métrage présenté à la Semaine de Critique à Cannes et récompensé par le Prix Jean-Vigo. Dès ce premier essai, le réalisateur, qui raconte les retrouvailles embarrassées d'une famille frappée par un deuil, se révèle doué pour les portraits de groupe. Il dirige une troupe de jeunes acteurs, parmi lesquels Emmanuelle Devos ou Marianne Denicourt, qui ne tarderont pas à s'imposer dans le cinéma français. Ce film de toutes les promesses voit aussi naître une maison de production, Why Not.

Avec son premier-long métrage, La Sentinelle, coécrit par Pascale Ferran et Noémie Lvovsky, Desplechin est propulsé chef de file d'une nouvelle génération de réalisateurs, dont les maîtres ont pour noms Resnais ou Truffaut. Ce film d'espionnage, dans lequel une tête de mort vient réveiller les fantômes de la Guerre froide, représente la France au Festival de Cannes - comme ses deux films suivants. La Sentinelle vaut à Emmanuel Salinger, par ailleurs coscénariste du film, le César du Meilleur jeune espoir masculin.

" J'ai déjà fait un film pour dire du mal de ma famille (la Vie des morts), j'ai déjà fait un film pour dire du mal de mon pays (La Sentinelle), maintenant, j'aimerais bien faire un film pour dire du mal de mes fiancées", déclarait Desplechin aux Inrockuptibles en 1996 à propos de la genèse de Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle). Dans ce film, le réalisateur s'empare de tous les ingrédients habituels du "cinéma d'auteur français " - le chassé-croisé amoureux, les universitaires du Quartier Latin – pour leur donner une ampleur romanesque, à travers trois heures d'un récit choral d'une grande fluidité.

Choyé par les critiques, Desplechin se lance ensuite un triple défi en tournant, en anglais, un film d'époque centré sur un seul personnage. Adapté d'une nouvelle de Symons, Esther Kahn, son troisième long-métrage, raconte l'histoire d'une jeune femme qui s'ouvre à la vie en devenant comédienne. Le théâtre est de nouveau au coeur de Léo en jouant "Dans la compagnie des hommes", film quasi-expérimental qui intègre au récit (une pièce d'Edward Bond) les répétitions des comédiens tournées en vidéo. La même année, il retrouve deux de ses acteurs-fétiches Emmanuelle Devos et Mathieu Amalric pour le virtuose Rois et reine, oeuvre tragi-comique présentée à Venise et lauréate du Prix Louis-Delluc.

Thème de prédilection du cinéaste, la famille, ses secrets et ses névroses, est au coeur de son tout premier documentaire (L'Aimée, 2007), et de son film suivant Un conte de Noël, nouveau film-fleuve à la distribution étincelante (Catherine Deneuve, Mathieu Amalric, Anne Consigny...), présenté en 2008 au Festival de Cannes.
Retour Haut de page