Accueil » Personnalités » Steven Spielberg » Biographie

Steven Spielberg

Vous connaissez Steven Spielberg ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Steven Spielberg sur bdfci.infoVoir les photos de Steven Spielberg sur bdfci.infoVoir les photos de Steven Spielberg sur bdfci.infoVoir les photos de Steven Spielberg sur bdfci.infoVoir les photos de Steven Spielberg sur bdfci.infoVoir les photos de Steven Spielberg sur bdfci.info
Date de naissance : 18 décembre 1946
Sans doute une des personnalités les plus emblématiques et influentes du Septième Art, Steven Spielberg se montre très précoce. Enfant, il réalise quelques petits films amateurs puis abandonne rapidement ses études pour tenter sa chance à Hollywood. Assistant monteur sur la série La Grande caravane en 1957, il apprend son métier sur le tas dans les années 60 en réalisant des courts-métrages (tel que Amblin', dont il gardera d'ailleurs l’appellation pour sa future maison de production) et même un long métrage (Firelight), puis travaille pour le petit écran, dirigeant notamment des épisodes de Les Règles du Jeu, Night Gallery et Columbo.

Son talent de mise en scène se révèle au grand jour en 1971 avec le téléfilm Duel, oppressante course-poursuite entre un employé de commerce et un camion fou, qui remporte le Grand Prix du Festival d'Avoriaz. Le cinéaste réalise ensuite Sugarland express (1974), road-movie effréné et sanglant porté par Goldie Hawn. Prix du scénario à Cannes, ce drame confirme les belles aptitudes de l'Américain, dont la carrière va prendre un fantastique virage dès l'année suivante.

Car il y aura un avant et un après 1975 pour Steven Spielberg. A cette époque, il terrifie le monde entier avec Les Dents de la mer, une référence dans le cinéma d'épouvante qui le propulse star internationale de la mise en scène à seulement 29 ans. Ses films suivants remporteront le même succès, atteignant pour la plupart les cimes du box-office international et s'inscrivant dans l'imaginaire de millions de spectateurs. C'est d'ailleurs à lui, ainsi qu'à son ami George Lucas avec sa Guerre des étoiles, que l'on doit les premiers films de toute l'histoire du box office américain, qui pulvérisent les 100 millions de dollars de recettes sur le seul territoire national. Une manne colossale pour les majors, qui permet aux deux cinéastes de revendiquer par la suite une totale autonomie ou presque vis-à-vis des studios.

En 1977, Rencontres du 3e type initie son rapport étroit avec la science-fiction, un intérêt qui se traduit en 1982 avec E.T., en 2001 avec A.I., d'après une idée de Stanley Kubrick, et en 2002 avec Minority report, une adaptation de l’œuvre de Philip K. Dick interprétée par Tom Cruise. Les deux hommes se retrouveront d'ailleurs en 2005 sur le tournage du classique La Guerre des mondes. Le goût de Spielberg pour l'aventure lui permet par ailleurs de donner naissance à la légendaire saga des Indiana Jones : Les Aventuriers de l'arche perdue (1981), Indiana Jones et le temple maudit (1984) et Indiana Jones et la dernière croisade (1989) associent ainsi à jamais Harrison Ford au personnage du valeureux Indy. La suite de ses aventures, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, qui a les honneurs d'une présentation cannoise en avant-première mondiale, s'est pourtant faite attendre pendant 19 ans, notamment en raison de l'insatisfaction de George Lucas sur les multiples moutures du scénario. Relevant les paris les plus fous, Spielberg ira jusqu'à ressusciter, grâce à une combinaison novatrice de maquettes animées et d'images de synthèse, plusieurs espèces de dinosaures pour Jurassic Park (1993) et sa suite Le Monde perdu (1997).

Le cinéma de Spielberg, qui revisite souvent les thèmes de l'enfance et de la famille, se porte également vers la comédie (burlesque avec 1941, plus légère avec Arrête-moi si tu peux et plus romantique avec Le Terminal), mais il sait aussi prendre ses distances vis-à-vis du pur divertissement pour aborder des sujets plus graves. L'Holocauste (La Liste de Schindler, 1993), l'esclavage (Amistad, 1997), la Seconde Guerre mondiale (Il faut sauver le soldat Ryan, 1998), le conflit israélo-palestinien (Munich, 2005) sont autant de thèmes délicats qui prouvent l'éclectisme et la sensibilité du cinéaste.

Trois ans après son dernier Indiana Jones (2008, une éternité pour le cinéaste qui tourne jusqu'à deux films par an), Steven Spielberg propose coup sur coup au public deux nouvelles productions familiales : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (sa première incursion dans le monde de l'animation, pour un film qui est promis à devenir le premier volet d'une trilogie, menée avec son ami Peter Jackson) et Cheval de guerre, un drame classique sur une histoire d'amitié entre un jeune homme et son cheval, pendant la Première Guerre mondiale.

Réalisateur de légende ayant travaillé avec les plus grands acteurs, bénéficiant d'une cote de popularité jamais égalée, Steven Spielberg est également producteur à succès via sa société Amblin Entertainment (Poltergeist, Gremlins, la saga des Retour vers le futur, Les Goonies, Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, Twister, Men in black, Super 8). En 1994, il crée avec David Geffen et Jeffrey Katzenberg, les studios DreamWorks qui s'imposent rapidement comme l'un des poids lourds de la production cinématographique aux côtés des plus grandes majors.

Steven Spielberg sera le Président du Jury du Festival de Cannes 2013, 66ème du nom.
Retour Haut de page