Accueil » Personnalités » Josiane Balasko » Biographie

Josiane Balasko

Vous connaissez Josiane Balasko ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Josiane Balasko sur bdfci.infoVoir les photos de Josiane Balasko sur bdfci.infoVoir les photos de Josiane Balasko sur bdfci.infoVoir les photos de Josiane Balasko sur bdfci.infoVoir les photos de Josiane Balasko sur bdfci.infoVoir les photos de Josiane Balasko sur bdfci.info
Date de naissance : 15 avril 1950
Fille d'un patron de bistrot yougoslave qui décède alors qu'elle est adolescente, Josiane Balasko est élevée par sa mère et sa grand-mère. Très jeune, elle rêve d'embrasser une carrière artistique : après s'être essayée au dessin en intégrant une école de graphisme, et à l'écriture en rédigeant des nouvelles de SF, elle opte pour la comédie et suit les cours de théâtre de Tania Balachova. Au milieu des années 70, Josiane Balasko rejoint l'équipe du Splendid, alors à la recherche d'une jeune fille pour remplacer Valérie Mairesse, partie faire du cinéma. Parallèlement, elle monte ses propres spectacles et incarne Ginette Lacaze dans une pièce écrite par Coluche, à qui elle est souvent comparée. Elle fait sa première apparition à l'écran dans L' An 01 (1973) et trouve son premier rôle important dans Les Petits câlins de Jean-Marie Poiré (1978). Jouant de son image d'anti-sex-symbol, l'actrice accède à la notoriété en même temps que ses camarades du Splendid, grâce aux succès des comédies Les Bronzés (1978) puis Les Bronzés font du ski, sans oublier Le Père Noël est une ordure (1982), dans lequel elle incarne l'exaspérante Mme Musquin.A travers des films comme La Smala ou Nuit d'ivresse (1986) Josiane Balasko impose à l'écran un personnage de "femme ordinaire à qui il arrive des choses extraordinaires" (comme elle le déclarera elle-même à la revue Studio). En 1989, grâce à Blier le provocateur, elle est la secrétaire pour qui Gérard Depardieu quitte Carole Bouquet dans Trop belle pour toi, une de ses prestations les plus mémorables. L'actrice multiplie dès lors les rôles de composition : militante exaltée dans le tendre Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir des parents communistes (1993), alcoolique pathétique dans Un crime au paradis de Jean Becker, elle continue de suprendre en incarnant en 2003 un flic à la dérive dans Cette femme-là , le polar deGuillaume Nicloux qui lui vaut une nomination au César de la Meilleure actrice.. Mais dès le milieu des années 80, Josiane Balasko a révélé un autre de ses talents, celui de réalisatrice. Ses deux premiers opus, les grinçants Sac de noeuds (1985) et Les Keufs (1989) témoignent de son anticonformisme et de son goût pour la satire sociale. Ce n'est pourtant qu'avec son quatrième long-métrage, Gazon maudit, sur le thème, alors tabou, de l'homosexualité féminine, que Balasko obtient les suffrages de la critique et du public, ainsi que le César du Meilleur scénario en 1995. Interprétant elle-même dans chacun de ses films des personnages hauts en couleurs, Josiane Balasko porte ensuite à l'écran deux de ses pièces de théâtre à succès : Un grand cri d'amour (1998) et L' Ex femme de ma vie (2005). puis entame en 2008 l'adaptation de Cliente, son roman paru en 2005.

Très présente sur les écrans, la comédienne incarne le désir de vivre (2008) ou encore la concierge discrète et solitaire du Hérisson (2009), l'adaptation du roman de Muriel Barbery. Josiane Balasko n'en oublie pas pour autant de jouer la comédie, loin de là, en tournant pour Gérard Krawczyk (La Vie est à nous !, 2005 ; L'Auberge rouge, 2007), Jean-Michel Ribes (Musée haut, musée bas, 2008), Gabriel Julien-Laferrière (Neuilly sa mère !, 2009), Guillaume Nicloux (Holiday, 2010), Djamel Bensalah (Le Raid, 2002 ; Beur sur la ville, 2011) ou Alexandra Leclère (Maman, 2012).
Retour Haut de page