Accueil » Personnalités » Maurice Pialat » Biographie

Maurice Pialat

Vous connaissez Maurice Pialat ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Maurice Pialat sur bdfci.infoVoir les photos de Maurice Pialat sur bdfci.infoVoir les photos de Maurice Pialat sur bdfci.infoVoir les photos de Maurice Pialat sur bdfci.infoVoir les photos de Maurice Pialat sur bdfci.infoVoir les photos de Maurice Pialat sur bdfci.info
Date de naissance : 21 août 1925
Décédé(e) le : 11 janvier 2003
Après une formation de peintre et la réalisation, dans les années soixante, et la réalisation de plusieurs courts métrages, Maurice Pialat signe en 1970 son premier long métrage, L' Enfance nue, sur les enfants abandonnés.En 1972, le cinéaste réalise un grand succès public, Nous ne vieillirons pas ensemble, porté par le couple Jean Yanne/Marlène Jobert. Il enchaîne ensuite avec La Gueule ouverte (sur le fléau du cancer), Passe ton bac d'abord et Loulou, avec Gérard Depardieu et Isabelle Huppert. La réalisation d'A nos amours en 1983 marque un tournant dans sa carrière, dont les oeuvres deviennent de plus en plus intenses et exigeantes tout en adoptant un ton proche de l'autobiographie. A nos amours lui rapporte le César du Meilleur film en même temps qu'il révèle Sandrine Bonnaire au grand public.Le style du cinéaste, proche de son personnage, s'impose par sa force, son aspect brut et sans concessions et devient l'achétype même d'un cinéma naturaliste. Après avoir signé Police, Maurice Pialat réalise en 1987 Sous le soleil de Satan, film adapté du roman de Georges Bernanos qui reçoit la Palme d'Or au Festival de Cannes 1987, provoquant un véritable scandale lors de la remise des prix. Devant les sifflets, le poing dressé, il lance alors un célèbre "Si vous ne m'aimez pas, je peux vous dire que je en vous aime pas non plus", parfait écho de l'anticonformisme qu'il développe depuis ses débuts.En 1991, Pialat rend hommage à sa passion de la peinture en mettant en scène Van Gogh avec Jacques Dutronc dans le rôle-titre, qui remporte pour l'occasion le César du meilleur acteur en 1991. Quatre ans plus tard, le cinéaste signe son dernier long métrage, Le Garçu, dans lequel il dirige à nouveau Gérard Depardieu, l'un de ses plus fidèles comédiens.Cinéaste rare (seulement dix films à son actif), Maurice Pialat aura livré une oeuvre exigeante durant toute sa carrière. Ecorché vif, anti-conformiste, pessimiste, il véhiculait une certaine légende et était considéré comme l'un des plus grands réalisateurs français, sinon le plus grand, par nombre de ses pairs.
Retour Haut de page