Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

L'Atelier

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 15,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : L'Atelier
Fiche mise à jour le 20/10/2017
Année de production : 2016
Réalisé par : Laurent Cantet
Date de sortie : 11 octobre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Diaphana Distribution 
Distributeur international : Films Distribution 
Durée : 113 minutes
Origine(s) : non renseignée
Genre(s) : non renseigné
Pellicule : couleur
Format de projection : Scope
Format son : Dolby Digital
Visa d'exploitation : 144207
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
59%
Synopsis :
La Ciotat, été 2016. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide d’Olivia, une romancière connue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé oublié de la ville, son chantier naval fermé depuis 25 ans, tout une nostalgie qui n’intéresse pas Antoine. Davantage connecté à l’anxiété du monde actuel, il va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia, que la violence du jeune homme va alarmer autant que séduire.

Vos commentaires et critiques :

Latelier

CANNES 2017: UN CERTAIN REGARD

Psychothérapie de groupe

Comme dans Entre les murs, Palme d’or 2008, Laurent Cantet s’attache dans son 7e film aux soubresauts d’un microcosme, en l’occurrence, cette fois, un atelier d’écriture confronté à l’irruption du réel, dans le cadre évocateur de La Ciotat, cité ouvrière (et berceau du cinéma) traumatisée collectivement par la mort de son chantier naval. L’idée du film lui en a été inspirée par un reportage diffusé en 1999 dans le cadre du magazine littéraire de France 3, Qu’est-ce qu’elle dit, Zazie ?, qui évoquait la rédaction collective d’un roman policier intitulé Bienvenue en enfer par Stéphanie Benson et les jeunes participants d’un atelier d’écriture qu’elle animait. Cantet a alors esquissé l’ébauche d’un scénario qu’il a intégralement réécrit avec son compère de toujours, Robin Campillo, qui a aussi monté le film, lequel a, quant à lui, les honneurs de la compétition avec son troisième long métrage, 120 battements par minute. Produit par Denis Freyd pour Archipel 35 et tourné dans la villa de Michel Simon sur les hauteurs de La Ciotat, une ville que le réalisateur connaissait bien pour l’avoir fréquentée à l’époque où il suivait des études à Marseille, L’atelier sera distribué par Diaphana.

Le nouveau film de Laurent Cantet, l’un des plus important cinéastes français selon nous, signe avec L'atelier, l’une de ses plus grandes réussites. Un film majeur sans appel magnifiquement écrit en collaboration avec Robin Campillo (réalisateur du superbe 120 battements par minute), d’une lucidité aveuglante sur l’état actuel de notre société aussi riche que complexe. 
Ici les grands ados, de toutes les couleurs ou presque, ont au moins une chose essentielle en commun : ce sont des enfants de La Ciotat. Loin des clichés, des étiquettes qu’on leur colle dans le dos, comme de mauvais poissons d’avril qui leur empoisonnent l’existence, ils sont les héritiers fauchés comme les blés d’une classe ouvrière désormais partie en déshérence dont les seuls vestiges (de taille !) sont les chantiers navals qui gisent là tels de grosses baleines noblement échouées. Ironie du sort que cette ancienne friche industrielle, haut foyer de résistance des travailleurs, soit devenue une sorte de « station-service » de luxe pour les yachts des puissants, des plus friqués, peut-être de ceux-là même qui n’ont pas hésité à les réduire au chômage. Si les nouvelles générations tendent à l’oublier, leurs racines sont-là, qui les amarrent malgré eux à ces rochers rugueux, à ces eaux troublées par les caprices du vent.
Quelle étrange chose, cet été-là, alors qu’un beau temps béat rend les plages plus attractives que jamais, qu’une petite bande de gars et de filles préfèrent se cloîtrer pour participer à un atelier d’écriture. Il faut dire que l’animatrice est une pointure. Écrivaine de polars renommée, elle vient spécialement de Paris pour eux. C’est donc mi-impressionnés, mi-soupçonneux qu’ils accueillent, cette Olivia à l’accent pointu, tout étonnés qu’elle veuille leur accorder son temps, suspectant qu’il puisse y avoir anguille sous roche, la provoquant presque. Après tout, si elle est là, c’est qu’elle doit être grassement payée !? Seule face à ce groupe de grandes gigues, Olivia se montre tout aussi intimidée, à la fois curieuse et écrasante, parfois gauche. Pas de doute il va falloir du temps pour que ces deux mondes apprennent à s’apprivoiser. Et peut-être ne se comprendront-ils jamais complètement.
En attendant, le travail collectif démarre, d’abord hésitant puis plus affirmé. Chacun(e) se laisse emporter par les idées qu’elle(il) a envie de défendre, l’image qu’il aimerait donner, d’elle(lui), de sa ville… Surgissent des choses drôles, des choses graves, de celles qui laissent des blessures. L’histoire des parents que les pouvoirs publics, les classes dirigeantes ont abandonné même s’ils n’ont pas les concepts politiques pour l’analyser… Les mots viennent à petits pas malhabiles, corsetés dans un registre de langage peu coutumier. Malika, Fadi, Boubakar, Lola… chacun(e) se lance, confie ses idées, tâchant d’oublier le regard des autres. Seul Antoine reste en retrait. Entre deux plongées dans ses mondes virtuels sur la toile, il essaie de remettre un pied dans la vraie vie. Mais elle lui paraît trop grande, trop effrayante, peu prometteuse d’évasion, déjà coincée entre les prévisions d’un avenir médiocre, au mieux promis aux petits boulots, sinon au chômage… Il n’y a de place que pour baisser l’échine ou se révolter. Vis-à-vis de ses camarades d’écriture, il demeure sur le qui vive, comme hésitant entre devenir un animal social ou rester anti-social.
Entre lui et Olivia, qui ne sait pas comment l’aider, se tisse une relation toujours plus trouble, à la fois froide et torride, stimulante et déstabilisante… On sent la tension qui monte et on ne sait comment tout cela va se dénouer. L’air de rien, Antoine met à mal les convictions de l’écrivaine/animatrice, sa bonne conscience de gauche, ses bons sentiments, la jaugeant, l’épiant, la renvoyant vers ceux de sa classe sociale, à ses contradictions. Entre eux deux se met en place une troublante partie de jeu du chat et de la souris. On sent comme un péril qui plane tantôt pour l’un, tantôt pour l’autre. Peut-être même pour les deux… C’est absolument passionnant.


Retour Haut de page