Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

Gauguin - voyage de Tahiti

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 12,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Gauguin, voyage de Tahiti
Fiche mise à jour le 12/10/2017
Année de production : 2016
Réalisé par : Édouard Deluc
Acteurs principaux : Vincent Cassel, Tuheï Adams, Malik Zidi
Date de sortie : 20 septembre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : StudioCanal 
Distributeur international : StudioCanal 
Durée : 101 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Biopic 
Pellicule : couleur
Format de projection : Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 141396
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
1891. Gauguin s’exile à Tahiti. Il veut trouver sa peinture, en homme libre, en sauvage, loin des codes moraux, politiques et esthétiques de l’Europe civilisée. Il s’enfonce dans la jungle, bravant la solitude, la pauvreté, la maladie. Il y rencontrera Tehura, qui deviendra sa femme, et le sujet de ses plus grandes toiles.

Vos commentaires et critiques :

Gauguin_-_voyage_de_Tahiti

« Je ne suis pas ridicule, je ne puis pas l’être car je suis deux choses qui ne le sont jamais, un enfant et un sauvage. » Paul Gauguin
Les films évoquant les grandes figures de l'art se suivent. On en rarement vu autant. Au risque de nous fatiguer, de nous perdre en route, avec l'impression que le filon devient un peu trop facile ? Mais non : comment diable être lassé par ces récits, par ces portraits de personnages hors du commun qui ont tant apporté à l’Art et donc au bonheur d'être vivant ? Comment se lasser de contempler une œuvre qui prend forme et vie sous nos yeux, comment en vouloir aux réalisateurs d’être irrémédiablement attirés par la lumière, l’aura et les démons intimes de ces créateurs de génie ? Quelle vie que celle de Paul Gauguin ! Gauguin fut artiste peintre mais aussi docker, aventurier, poète… À Tahiti, il fut surtout une sorte de Robinson idéaliste en quête d’un rêve absolu : celui d’un art pur et sans concession qui se serait affranchi des convenances de l’époque, des codes imposés par les castes dominantes, du diktat de l’art bourgeois en vogue dans les salons parisiens. La parenthèse assez courte à laquelle s’attache Gauguin, voyage de Tahiti est bien plus qu’une simple « période » dans l’œuvre du peintre : c’est le choix assumé d’une expérience artistique et humaine vécue comme une ascèse, dans une démarche spirituelle où la nature, loin d'être un simple sujet, devient la source même de la création autant que du bonheur enfin atteint.
1891, Paris. Paul Gauguin, personnage hors-normes à la poursuite d’un rêve hédoniste, veut se libérer des conventions, renouer avec cette nature « sauvage » qui l’a déjà mené en Bretagne, à Panama ou en Martinique, trouver sa muse, son « Eve primitive », la femme qu’il cherche et qui le distinguera. Il accomplit alors un acte téméraire, sacrificiel : il quitte Paris, ses amis artistes, femme et enfants et s’embarque pour la Polynésie, où il va peindre avec rage, mais dans l’indifférence générale, soixante-six chefs-d’œuvre en dix-huit mois. Ces tableaux figureront un tournant dans son travail, influenceront les fauves et les cubistes et marqueront l’avènement de l’art moderne. Habité par sa peinture, il vivra dans le dénuement, il partagera au cœur de la forêt la vie de celle qui sera la grande inspiratrice de ces tableaux : Tehura, « sa femme Tahitienne », sensuelle, généreuse.
C'est avec le souffle et l'ampleur des grands films d'aventure que la caméra d'Edouard Deluc nous met dans les pas de cet homme qui s’enfonce dans ces étendues vierges, et le tempo du film, à la fois organique et mutique, donne à la narration les allures d’une quête mystique. On pense à La leçon de piano de Jane Campion, on pense à Terrence Malick, on pense aux livres de Joseph Conrad…
Quant à Vincent Cassel, il incarne magistralement ce Gauguin à fleur de peau, et restitue toute l’ampleur et la folie de celui qui fut sans doute le plus radical et le plus courageux de tous, parce qu’il osa partir au bout du monde pour écouter le silence qui laisserait enfin entendre les voix intérieures qui guideraient sa main.


Retour Haut de page