Accueil » Films » Année 1988 » » Description générale

Le Café des Jules

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Le Café des Jules
Fiche mise à jour le 18/07/2015
Année de production : 1988
Réalisé par : Paul Vecchiali
Date de sortie : 19 avril 1989
Date de reprise : 08 juillet 2015
Distributeur France : Shellac 
Distributeur international : Paul Vecchiali 
Durée : 60 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.66
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 67353
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%

Synopsis :
Un samedi soir, dans un café de banlieue, ou de province. Les habitués boivent beaucoup en attendant Christiane, une amie. Survient David, un représentant en lingerie féminine dont la petite amie est absente et qui vient se réfugier dans le bistrot. David va faire rapidement les frais de la complicité, avivée par la boisson, des habitués du café. Christiane arrive, trouve une certaine reconnaissance en David, faite de souvenirs communs et de rires. La nuit finira mal pour David qui devra s'enfuir pour échapper à la fureur aveugle des habitués et Christiane sera violée par l'un d'eux…

Vos commentaires et critiques :

P.[1]

Avec Paul Vecchiali, tout commence comme dans une ancienne rengaine de faubourg, feutrée et lancinante. Puis le ton monte, par petites touches d’abord imperceptiblement, puis acides, électriques enfin comme l’orage, jusqu’à ce que le refrain se gonfle puis éclate en des échos désespérés. On se sort jamais du café éclairé au néon. Lugubre à souhait. Les Jules ne sont que de pauvres bougres sinistres. Et pourtant, on se s’ennuie pas un instant dans ce film riche en caractères, si plein de vrais personnages (et d’excellents comédiens) pris sur le vif d’un mal de vivre qu’on n’aurait probablement pas remarqué si l’on n’était pas entré dans ce bistrot du coin, en se demandant ce qu’on est venu y faire. C’est tout l’art de Vecchiali, de livrer en quelques images closes, tout un monde, au passage, et de savoir retenir ces petits riens brisés, frelatés, qui flottent dans l’air des villes et des banlieues sans qu’on prenne le temps de sentir à quel point ils sont irrespirables.


Retour Haut de page