Accueil » Films » Année 1972 » » Description générale

Le Professeur

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : La prima notte di quiete
Fiche mise à jour le 20/06/2019
Année de production : 1972
Réalisé par : Valerio Zurlini
Date de sortie : 18 octobre 1972
Date de reprise : 12 juin 2019
Distributeur France : Les Films du Camélia 
Distributeur international : Pathé International 
Durée : 131 minutes
Origine(s) : Italie France 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85 (version intégrale restaurée 4k)
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 39684
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%

Synopsis :
Daniel, un professeur de littérature remplaçant est nommé pour quelques mois dans un lycée de Rimini. Passionné de lettres mais peu soucieux des convenances de sa profession, il s’adonne à sa tâche sans grand entrain.
Il remarque vite Vanina, l’une de ses élèves, aussi fragile qu’attirante, et décèle en elle une blessure secrète.
Intrigué et séduit par la jeune femme, Daniel délaisse sa femme Monica, se précipitant sans le savoir vers un destin tragique…

Vos commentaires et critiques :

Le_Professeur

Un chef-d’œuvre de Valerio Zurlini  Le Professeur (titre français indigne de l’italien, La prima notte di quiete, « la première nuit de tranquillité », soit la mort – selon Goethe). Zurlini, en pleine crise existentielle, s’y livre comme jamais. C’est un film d’une noirceur absolue, nihiliste et bouleversant, une nouvelle histoire d’amour impossible qui n’a d’autre issue que l’anéantissement. Zurlini parle de l’attirance d’un professeur de lettres pour une de ses étudiantes (la très belle Sonia Petrova, la même année que Ludwig de Visconti !), dans une Rimini hivernale où nous retrouvons le talent de paysagiste de Zurlini, cette fois-ci épaulé par le grand coloriste Carlo Di Palma, et le froid lyrisme de sa mise en scène. Entouré d’une bande de « vittelloni » assez louches (parmi lesquels Giancarlo Giannini et Renato Salvatori), Alain Delon y est admirable, dans un de ses meilleurs rôles – et sans doute le plus pathétique. Également co-producteur, la star française se brouillera avec le cinéaste, changera le titre et coupera près de quarante-cinq minutes du film lors de son exploitation française. C’est évidemment dans sa longue, exténuante et dépressive version italienne qu’il faut découvrir, voir et revoir jusqu’au malaise ce monument d’autodestruction et de passion morbide.


Retour Haut de page