Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

The Happy Prince TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 10,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : The Happy Prince
Fiche mise à jour le 06/01/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Rupert Everett
Acteurs principaux : Rupert Everett, Colin Firth, Emily Watson
Date de sortie : 19 décembre 2018
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Océan Films Distribution 
Distributeur international : Beta Cinema 
Durée : 105 minutes
Origine(s) : Allemagne Belgique Italie Royaume-Uni 
Genre(s) : Drame Biopic 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.39 Scope
Format son : Dolby, anglais, italien ST français
Visa d'exploitation : 150114
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
À la fin du XIXe siècle, le dandy Oscar Wilde, intelligent, plein d'humour et scandaleux brille au sein de la société londonienne. Son homosexualité est toutefois trop affichée pour son époque et il est envoyé en prison. Ruiné et malade lorsqu'il en sort, il part s'exiler à Paris. Après avoir tenté tant bien que mal de se réconcilier avec sa femme, il reprend sa désastreuse relation avec le jeune Lord Douglas. Tout ce qui lui reste ce sont ses histoires, dont il se sert pour conquérir l'affection de deux garçons des rues. Soutenu par ses fidèles amis qui essaient de le protéger contre ses propres excès, il conservera son charme et son humour jusqu'à la fin :

Vos commentaires et critiques :

The_Happy_Prince

De prime abord, le projet d’écrire, réaliser et jouer dans un film tout à la fois peut paraître arrogant, mais cela tombe bien, car c'est un attribut indispensable pour quiconque ambitionne de tourner un film sur l’auteur du Portrait de Dorian Gray. On dit de certains acteurs qu’ils sont nés pour jouer certains rôles, un compliment souvent répété à Rupert Everett pour son interprétation du personnage d'Oscar Wilde dans la reprise londonienne d’une pièce de David Hare intitulée The Judas Kiss (performance qui lui a valu une nomination aux Prix Laurence Olivier dans la catégorie meilleur acteur dans une pièce de théâtre). Quelques années plus tôt, l’acteur avait déjà incarné des personnages issus de l'œuvre du célèbre écrivain irlandais dans les adaptations cinématographiques L’Importance d’être Constant et Un mari idéal. Malheureusement, on l’imagine mal recevoir les mêmes éloges pour son rôle dans The Happy Prince, projeté dans la section Berlinale Special du Festival de Berlin, un film qui montre qu'en fin de compte, les acteurs ne naissent pas pour certains rôles.
À bien des égards, le film est un complément à The Judas Kiss. Dans la pièce de David Hare, le scénario était scindé en deux actes : le premier se déroulait à Londres en 1895, quand Wilde, sur les conseils de son amant Bosie Douglas, poursuit le père de ce dernier en justice pour diffamation, l’homme l’ayant taxé de sodomite ; le deuxième se situait à Naples après la libération de Wilde, incarcéré pour homosexualité au terme du procès. Le film s’inscrit dans cette même période post-pénitentiaire et nous présente Wilde sous les traits d’un personnage persécuté et déterminé à suivre son cœur –même quand il est clair que ce désir ne débouche que sur douleur et autodestruction. Everett montre que la décision de l’écrivain de poursuivre sa relation avec Bosie (Colin Morgan) est la source de tous ses malheurs : elle force sa femme délaissée (Emily Watson) à lui couper les vivres, ce qui le fait sombrer dans la misère, et consterne son fidèle ami Reggie Turner (Colin Firth, avec une moustache).
La structure du film et la décision de raconter les dernières années, difficiles et souvent passées sous silence, du célèbre auteur suscitent l’admiration. Le problème est qu’Everett ne réussit pas à assembler tous ces éléments pour en faire une œuvre percutante. L’énergie et la profondeur des premières scènes (ainsi que celle de l’orgie napolitaine) deviennent vite un lointain souvenir. Le récit s’essouffle petit à petit tandis qu'on voit Wilde attaqué en pleine rue et malmené par Bosie. L’histoire prend donc un tour plutôt sombre et mélancolique mais Everett tente d’alléger l’atmosphère en introduisant quelques notes plus joyeuses via des flash-back des jours heureux où Wilde lisait à ses enfants ou à ses jeunes amis parisiens son conte Le prince heureux. L’allégorie et le génie spirituel du conte se reflètent dans les fabuleux éclairages et la photographie de John Conroy, qui nous fait assister à l’action de derrière des obstacles ou braque la lumière sur un point de l'écran. Dommage que le récit et l’action se perdent en digressions, au lieu de faire mouche.


Retour Haut de page