Accueil » Films » Année 1968 » » Description générale

La Voie lactée

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : La Voie lactée
Fiche mise à jour le 08/08/2017
Année de production : 1968
Réalisé par : Luis Buñuel
Date de sortie : 15 Mars 1969
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Carlotta Films 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 102 minutes
Origine(s) : France Italie 
Genre(s) : Comédie dramatique 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.66 - Eastmancolor
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 34777
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%

Synopsis :
Jean et Pierre sont deux vagabonds inséparables que tout oppose : le premier est jeune et athée tandis que le second est âgé et croyant. Un jour, ils décident de faire le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, non dans un quelconque but spirituel, mais dans l’espoir d’accumuler les aumônes. Les deux amis vont croiser sur leur route toute une galerie de personnages qui semblent sortir tout droit de la Bible. Leur périple s’avère finalement beaucoup plus mystique que prévu…

Vos commentaires et critiques :

La_Voie_lacte
 
Dans la filmographie de Luis Buñuel, La Voie lactée se situe entre Belle de Jour et Tristana. De ces trois films, celui-ci est de loin le plus atypique, le moins « classique » – du moins au sens formel du terme. La Voie lactée peut se lire comme le récit picaresque de deux pèlerins qui embarquent pour un voyage mystique à travers le temps et l’espace, mais également comme un essai théologique à la fois érudit, léger et spirituel, extrêmement documenté par son coscénariste Jean-Claude Carrière. À travers les pérégrinations de Jean et Pierre – magnifique et improbable duo formé par les acteurs Laurent Terzieff et Paul Frankeur –, cette œuvre retrace l’histoire des hérésies au sein de l’Église catholique et leur remise en cause des dogmes soi-disant établis – mais jamais véritablement prouvés, ce qui entraîne dans le film de nombreux débats portant aussi bien sur l’Eucharistie, la Vierge Marie que sur le concept de la Sainte Trinité. L’existence même de La Voie lactée souligne les contradictions inhérentes chez Buñuel entre son éducation chrétienne très stricte et son besoin de se révolter contre cette éducation. Ce film démontre son besoin quasi obsessionnel de Dieu en même temps que sa volonté de s’en détacher et de remettre en cause le dogmatisme de l’Église catholique. La Voie lactée est considéré comme le premier volet de son triptyque surréaliste – qu’il poursuivra avec Le Charme discret de la bourgeoisie (1972) et Le Fantôme de la liberté (1974) : les scènes s’enchaînent sans relation de cause à effet puisque l’on passe d’une période à l’autre ou d’un personnage à l’autre sans véritable transition. Buñuel offre ici une leçon de liberté de pensée en évitant à la fois l’écueil de l’anticléricalisme « primaire » et celui d’une œuvre uniquement destinée aux aficionados de théologie. Finalement, La Voie lactée est un film plus politique qu’il n’y paraît. Dans un contexte post-Mai 68 et de montée du marxisme, cette remise en cause des dogmes est de bonne augure.
 
 
 

Retour Haut de page